Le paiement NFC mobile, une réalité en 2014

21 Mars 2014
Un équipement NFC-ready Le développement de l’usage du NFC est au cœur des préoccupations gouvernementales et fait partie des 34 plans industriels des investissements d’avenir soutenus. Avec désormais 5.3 millions de français équipés de mobiles NFC, soit deux fois plus que début 2013, ont des chances de se voir regroupés sur les smartphones. Il existe 44 modèles de téléphones embarquant la technologie NFC. Tous les constructeurs de téléphones intègrent à leurs derniers modèles cette technologie, sauf un : Apple. Mais, comme il existe des coques permettant d’ajouter le sans contact lorsque son téléphone en est dépourvu, il y a peu de frein au déploiement de l’équipement auprès des consommateurs. Du côté des terminaux de paiement, ceux-ci deviennent, partout dans le monde, bi-mode, avec ou sans contact. La fonctionnalité est embarquée à chaque nouvelle installation / remplacement de TPE chez un commerçant. En France, ce sont plus de 100 000 points de vente qui acceptaient le paiement sans contact fin septembre 2013 avec une progression de 5 à 10% par mois. Ce sont aussi 20 millions de cartes de paiement sans contact (bancaire et privative) mises en circulation qui participe de l’appropriation du geste de paiement sans contact par le consommateur. Le déploiement de la NFC mobile s’est d’abord fait dans les transports publics. Et pour cause, les usagers sont déjà habitués à utiliser cette technologie dans leurs cartes de transport depuis plusieurs années. La transition vers le smartphone se fait donc en douceur. La validation et l’achat de ses titres de transport sur mobile est déjà en place à Nice, Caen, Strasbourg et Argenteuil et devrait s’étendre prochainement à 6 autres communes. La SNCF proposera ce service en juin 2014 sur certaines de ses lignes. L’intérêt pour l’usager est de valider et payer son titre de transport même au dernier moment depuis son mobile en le collant à une borne compatible. Voir aussi : l’Observatoire du NFC et du sans contact, janvier 2014. Après le transport, le paiement sans contact sur son mobile Au-delà du titre de transport, la question du paiement avec mobile est une des promesses de la technologie NFC. Cette année, plusieurs banques proposent au sein de leur application client de payer à l’aide de son smartphone des achats allant jusqu’à 300€. BNP Paribas a été précurseur aves son application mobile Kix, suivi depuis peu par le Crédit Mutuel-CIC, la Banque Postale et la Société Générale. Il s’agit pour l’instant le plus souvent d’opérations pilote avec un déploiement plus large dans les mois qui viennent. Olimpicshop   Côté opérateur, en collaboration avec Visa, Orange Cash propose depuis février dernier le paiement mobile à Caen et à Strasbourg aux abonnés Orange. Le paiement mobile NFC depuis son application mobile bancaire n’est possible qu’avec une carte Sim opérateur compatible. Celle-ci doit être sécurisée par la création d’un compartiment séparé dans la SIM et un émetteur/récepteur spécifique. Un logiciel est alors créé pour établir la connexion avec la banque. Les cartes SIM sont certifiées par la Banque de France et offre le même niveau de sécurité que les cartes bancaires. Parmi les acteurs du paiement mobile NFC, on compte aussi Google et Windows. Ceux-ci proposent dans leur OS des portefeuilles virtuels. Ces derniers permettent en outre de regrouper toutes ses cartes de fidélités et cartes bancaires au même endroit dans son smartphone équipé là aussi une carte SIM NFC ready. photo-windows-phone-8-portefeuille googlewallet   On compte aussi de nouveaux acteurs tels que Kiips, une solution qui permet de gagner des points, bénéficier de promotions et payer ses achats dans les centres commerciaux ou points de ventes équipés et partenaires. C’est le cas du Centre Commercial Grand Quartier à Rennes, celui du Belair à Rambouillet, Domus à Rosny sous-bois et de quelques magasins. Il ne s’agit dons pas là d’une solution de paiement universelle. Des perspectives à court terme Tout est réuni pour voir le paiement mobile sans contact se développer dans les mois à venir. Les commerçants sont équipés et les consommateurs également. Les banques ont préparé leurs offres gratuites via des applications et certains les testent déjà. Reste à lever les freins à l’adoption liés aux craintes des utilisateurs de voir leurs données bancaires piratées. Il est fort à parier que des années de paiement sur Internet et le déploiement de la carte bancaire sans contact y contribueront. Source : Association française du sans contact mobile,  Visa.fr, LesEchos.fr.